Allons enfants de la planète! cocarde verte et révolution française.

1315473-Camille_Desmoulins_au_Palais-Royal

Après l’Euro 2016, l’état d’urgence et la récupération du drapeau Français par les partis politiques conservateurs et ultra conservateurs, le tri colore me sort par les yeux! Une répulsion envers les patriotismes et ses déclinaisons qui me pousse à chercher  dans nos codes couleur une issue au piège identitaire mercantile et d’ouvrir à des valeurs citoyennes,  solidaires, écologistes, pour un  « altermonde ».

A l’origine c’était le VERT

Le 12 juillet 1789, debout sur une table de café aux alentours du Palais Royal à Paris, le journaliste Camille DESMOULINS  harangue la foule . À son appel, les Parisiens ne s’arment pas, mais organisent un cortège qui défile dans Paris et envahit les théâtres pour inviter les spectateurs à les rallier. Ce Camille excitant le peuple à la révolte dans la journée du 12 juillet est à cocardes vertes1l’origine du surnom de l’« homme du 14 juillet »  Il reprend la parole : « Quelles couleurs voulez-vous pour nous rallier ? Voulez-vous le vert, couleur de l’espérance, ou le bleu de Cincinnatus, couleur de la liberté d’Amérique et de la démocratie ? » Des milliers de gorges votent en faveur du vert. Desmoulins cueille alors une feuille de tilleul  et « invente » la première cocarde vert d’espérance   .Ce 12 juillet, la cocarde verte est arborée comme signe d’insurrection, et est portée par tous ceux qui se réclament du Tiers Etat ;

 

Par ailleurs, afin de désarmer les bandes armées qui effraient la ville de Paris, une milice bourgeoise est instituée. Ses membres, qui doivent être connus et inscrits dans les districts, doivent porter une cocarde bleue et rouge, qui leur est réservée. Cette cocarde coexiste avec la cocarde verte, portée, en guise de passeport, par tous ceux qui affichent leur sympathie pour le Tiers Etat, à l’exception des membres de la milice bourgeoise.

Hélas la cocarde verte sera abandonnée car la couleur verte rappelait la tenue du Comte d’Artois. C’est alors que la cocarde révolutionnaire et citoyenne (Tiers état) en perdant le vert se fait récupérer et devient tri colore :

« Rapidement, la cocarde tricolore est devenue pour les Français ce que le journal de Brissot appelle, le 24 octobre, « le signe sacré de notre rédemption ». Et l’on sait que dans les moments de grande exaltation mystique, religieuse ou patriotique, il n’est pas sage de toucher au caractère sacré des symboles, ainsi que l’ont d’ailleurs éprouvé les gardes du corps du roi en octobre 1789. Rappelons que c’est « l’insulte faite à la cocarde nationale » qui a été l’occasion de l’expédition des Parisiens à Versailles le 5 octobre, expédition qui a eu pour résultat le retour du roi à Paris, rupture définitive avec la monarchie de droit divin » (lien « cocarde tricolore 2 »)

12.07.89-Camille_Desmoulins_au_Palais-Royal

 

 

Aujourd’hui mardi 12 juillet 2016. Je repense à la cocarde verte comme la feuille de tilleul  de Camille DESMOULINS  pour invoquer un aspect de notre histoire qui met en avant un symbole (oublié) d’espoir porté par une  impulsion citoyenneFeuille de tilleul.  En effet face aux évènements d’aujourd’hui (Loi travail, Nuit debout..) nous pourrions faire le parallèle avec une société civile qui se met enfin en marche et qui se donne les moyens de repenser son rapport au monde. (J’ose espérer que cela se fasse autrement que par la violence) . Faire une révolution sociale, écologique que nous appellerions désormais:  LA TRANSITION.  Mais pour contrer l’aspect nauséabond de la vague Nationale patriotique d’aujourd’hui , je reprendrais les mots de Georges Brassens « le jour du 14 juillet je reste dans mon lit douillet« . Je ne peux pas entendre dans le contexte contemporain  les paroles sanglantes de l’hymne national  de la Marseillaise. C’est la chanson de Georges Brassens qui marque le mieux pour moi , le jour du 14 juillet avec la MAUVAISE REPUTATION parce qu’encore aujourd’hui la norme pèse. Il est toujours aussi difficile d’emprunter le chemin le moins fréquenté d’une pensée critique et curieuse face au roman national.

A réécouter: « La mauvaise réputation » de Georges Brassens : http://www.dailymotion.com/video/xm4vd_la-mauvaise-reputation_music

brassens

AFFICHE que j’adore

 

29 novembre 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *