Pour l’autodétermination des peuples! 1 octobre 2017: catalogne libre!

 Visca Catalunya Lliure! décolonisons les provinces!

Ce 1 ER OCTOBRE 2017 les catalans vont pouvoir voter par référendum pour  l’auto détermination , un bel espoir pour un avenir plus démocratique dans une Europe en construction. j’aime au sujet de l’autodétermination reprendre le titre du dernier ouvrage de mon philosophe contemporain préféré Michel Onfray  (mars 2017) « Décoloniser les provinces »  !
Franchissons le pas démocratique du 21ème siècle vers le respect de l’autodétermination des peuples qui le souhaitent.
L’autodétermination à l’ordre du jour en 2017-2018: étapes d’un processus historique où le peuple imagine la démocratie et la remet au goût du jour, les catalans pionniers?

LA CONSTRUCTION DE L’AUTODETERMINATION, une feuille de route claire et précise.

Nos médias nationaux français parlent d’une même voix de la « menace de sécession » . Hors nous sommes en mesure de nous demander en quoi un peuple s’exprimant par les urnes clairement est-il une menace?
Lors des dernières élections législatives catalanes (27/09/2015), les indépendantistes avaient recueilli une majorité absolue des sièges au Parlement catalan (72 sur 135). Et avec 56,7% des voix, les partis en faveur du  »droit à décider » (JXS, CUP et Catalunya Si Que Es Pot -gauche construite autour de PODEMOS), les Catalans avaient donné un mandat clair au nouveau gouvernement afin d’organiser l’auto-détermination. Le Jeudi 6 octobre 2016, le Parlement catalan, sur proposition du Président du gouvernement, Carles Puigdemont, a adopté le principe d’un référendum d’auto-détermination à organiser d’ici 1 an, avec ou sans l’accord de Madrid. Le processus avance et les attentats récents ont d’autant plus soudé les catalans.
« Comment cela va-t-il évoluer ? Une première réponse sera donnée le 11 septembre prochain, lors de « Diada », la grande journée nationale catalane, qui, depuis 2010 et la rupture provoquée par Madrid à propos d’un nouveau statut d’autonomie pour la Catalogne, déverse dans les rues des centaines de milliers de catalans lors de manifestations époustouflantes. Ainsi François ALFONSI ex eurodéputé, membre du bureau de Régions et peuples solidaires et président d’ALE  écrit- il
« Depuis, le sentiment indépendantiste est passé de 20% à bien plus de 50% dans l’opinion catalane, faisant espérer un résultat du referendum positif pour l’indépendance. En Catalogne, les semaines à venir seront capitales« ..

Exposition « Imagi-Nation » Université d’été Régions et peuples solidaires 2017-Alsace

LA DEMOCRATIE FAIT PEUR AUX ETATS NATIONS, ENCORE AU 21 EME SIECLE

Cela fait des mois que le bras de fer entre Madrid et Barcelone est engagé. Le gouvernement espagnol refuse d’organiser un référendum d’autodétermination en Catalogne, comme l’exige la majorité parlementaire indépendantiste au pouvoir depuis fin 2015, arguant que la Constitution ne permet pas à un « territoire » de se prononcer sur l’unité de l’Espagne.
Les recours déposés auprès du Conseil des garanties statutaires, qui veille à la conformité des lois avec le statut d’autonomie et la Constitution espagnole, ont  été ignorés. Tout comme le secrétaire général du Parlement régional, Xavier Muro, qui a averti que le texte allait à l’encontre des décisions de la Cour constitutionnelle espagnole et était donc illégal. Il a refusé de le publier au journal officiel.
La loi définit le peuple catalan comme « sujet souverain » et déclare que le référendum sera contraignant, peu importe le taux de participation. En cas de victoire du oui, la Catalogne déclarera son indépendance du reste de l’Espagne. Le texte prévoit l’élection du conseil électoral, l’organe chargé de surveiller le bon déroulement du scrutin, par majorité simple, et non par les deux tiers de la Chambre comme l’exigent les normes catalanes.
« Nous avons fait cette loi pour pouvoir voter. C’est l’unique moyen que nous a laissé l’Etat », s’est défendu le président de Junts pel si, Lluis Corominas, face aux critiques de l’opposition. Les indépendantistes revendiquent ouvertement la nécessité de maintenir leurs plans secrets jusqu’au dernier moment face à la volonté du gouvernement espagnol de faire avorter leur projet.

Le respect incessant de la légalité, la catalogne est exemplaire

« Ce qui est marquant dans le cas catalan, c’est l’abnégation du peuple catalan, de la société civile et des partis politiques. Malgré toutes les fourberies faites par Madrid, jamais les Catalans ne se sont laissés emporter dans un élan de violence, qui aurait été, sinon souhaitable, du moins tout à fait compréhensible. Et malgré toutes les saloperies faites par l’Espagne, jamais les Catalans ne se sont écartés de la légalité afin d’assurer le plus haut niveau de démocratie durant tout le processus… » écrit  Roccu GAROBY Vice Président de l’Alliance Libre Européenne Jeune.

Un débat européen!

« La situation en Catalogne fait évidemment écho à celle de l’Ecosse. Le Parlement européen et la Commission européenne, garants de la démocratie européenne, ne peuvent rester de marbre face à la situation catalane, d’autant plus que récemment, et à juste titre, ils se sont montrés plus que réceptifs vis-à-vis des choix des Ecossais. » Et Roccu de continuer:
« Le débat est le même, qu’on soit de l’autre côté de la Manche ou de l’autre côté des Pyrénées. Les peuples ont droit à l’auto-détermination, ce droit est inscrit dans la charte des Nations Unies, et la Commission européenne et le Parlement européen ont le devoir de garantir la démocratie en Europe. »
Désormais, ce n’est plus un simple combat pour l’auto-détermination du peuple catalan qui commence mais une lutte pour la restauration de la démocratie! Nul démocrate en Europe ne devrait s’opposer à ce référendum, tout démocrate en Europe devrait en respecter le résultat!
Pour ma part pour reprendre les mots de Roccu, je serai, sans équivoque aucune, du côté de ceux qui veulent faire vivre le droit des peuples! Visca Catalunya Lliure!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *