Sous les pavés, la guérillas jardinière!

1 mars 2011

Laissons pousser ! invite les citoyens à semer des fleurs sauvages sur l’espace public et à porter un nouveau regard sur la biodiversité des pavés.

sous les pavés ,les graines!

En 2 mots

Des mini-prairies de fleurs sauvages se mettent à pousser dans les espaces urbains délaissés. Et c’est vous, habitants des villes, qui les plantez en bas de chez vous.

Pour ce printemps 2010, une quinzaine de communes et organismes sont de la partie. Chacun s’engage à distribuer gratuitement à ses habitants les sachets de graines deLaissons Pousser ! et à autoriser les plantations sur des espaces identifiés. Ici, ce sont les écoles qui vont semer, là les amicales de locataires, plus loin, les associations de jardins partagés, ailleurs, les particuliers-jardiniers…

 

Ailleurs dans le monde : Jardinage politique

Investir le moindre morceau de terre clandestinement pour faire pousser en ville ses pâquerettes et ses radis : voilà le combat mené par le réseau Guerilla Gardening.

Cette forme de jardinage politique qui sévit principalement dans les pays anglo-saxons, consiste à planter partout où c’est possible avec ou sans le consentement du propriétaire. Ses adeptes sortent leurs binettes la nuit, investissent pieds d’arbres et trottoirs et font pousser la biodiversité sur le pavé. Comme tout groupe de terroristes, les guerilla gardeners fabriquent leurs armes eux-mêmes dans la plus grande illégalité et inventivité : ballons de baudruche fourrés aux semences, pilules aux graines, grenades vertes…

Grâce à eux, Londres, Zurich, Toronto voient pousser sur leurs trottoirs tournesols, pois de senteurs, lavande. En France, le mouvement connaît ses premiers frémissements dans les grandes villes, comme Toulouseou Paris.

http://guerrillagardening.org (en anglais)

Le site de laissons pousser: laissonspousser.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.