Travailler moins pour vivre mieux

21 février 2011

Cela fait deux milles ans que nous oeuvrons pour que la société des hommes nous permette:

d’avoir des rapports à peu près égalitaires (homme/femme, lien sociaux etc), un fonctionnement quasi démocratique, des classes de travailleurs reconnues dans leur fonction et leur rôle dans la société, des syndicats, une sécurité sociale un droit pour tous à se soigner, manger à notre faim, se loger décemment, permettre aux vieux d’avoir une retraite, c’est à dire vieillir en toute indépendance financière…. travailler de manière moins pénible en favorisant les échanges etc…

Et là, en France nous trébuchons! (en italie avec Berlusconi, en Amérique avec Bush….) En votant pour ce gouvernement actuel nous voici à remettre:

le servage à l’ordre du jour (endettement des foyers, heures supplémentaires non payées, maintien du chômage comme pression patronale sur le salariat, contrats de travail précarisés..)

les croisades: cristallisations religieuses en tous genres favorisant par le biais d’une menace terroriste un conditionnement judéo chrétien latent même sur les aspects les plus laïques de la société.

La monarchie avec les extrêmes privilégiés qui creusent l’écart entre le petit peuple et une caste de surpuissants; féodalisation, puisque ces puissants possèdent les grands appareils de fonctionnement d’état et se font la guerre de concurrence en sacrifiant les travailleur (petit peuple corvéable et jetable à merci)

Remise en cause de la santé publique en faisant, culpabiliser de se soigner, de tomber malade, puis en fragilisant les droits d’accès au soins aux plus démunis

Moralisation, le coté punitif et dénonciateur est exacerbé en prônant la valeur travail comme pierre fondatrice d’une méritocratie totalement élitiste, normative, totalitaire (échec scolaire égal échec dans la vie). le chômeur est alors un fainéant, non plus une victime du système exclusif,et un parasite oisif tel que le judéo-christianisme les décrit bien. La devise « travailler plus pour gagner plus » permet l’accès à un paradis méritoire!

Souffrir pour le bien de la communauté est la condition pour être heureux: puisqu’il « faut » être belle , »il faut » être à la mode , être un bon français, »il faut » consommer, il faut être rentable…enfin il faut la CROISSANCE!

Croissez et multipliez…on pourrait ajouter aujourd’hui : EXPLOITEZ ET GASPILLEZ!

Alors que nous avons réussit: nous  pourrions manger tous à notre faim, se loger décemment, se soigner et garder une bonne santé, être heureux de notre rôle dans la société…

Pour cela il nous faut résister à la tentation du « plus » qui nous pousse à l’éternelle insatisfaction, et ne pas perdre de vue que nous sommes riches de ceux que l’on aime !!!

J’invite chacun de repenser ces mots de 1973 d’un certain Jacques Doillon, dans son film « L’AN 01«   et de revoire le film qui parait aujourd’hui bien visionnaire… même si l’engagement citoyen  qui y est décrit fait carrément rêver et parait carrément utopique tellement aujourd’hui nous sommes loin, et tellement nos concitoyens semblent définitivement anésthésiés par le contexte contemporain!

A quand le rêveil?! la résistance?!

« On arrête tout et on réfléchit » : est-ce cette société là que nous voulions construire?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *